13 décembre 2014

Christmas 2014

Ikéa nous a encore refilé un sapin déglingué et amputé, mais finalement, une fois maquillé et bien habillé, il n'est pas si moche. Ca me rappelle sa proprio, ça...

L'arbre de Noël idéal en somme !

d

e

g

h

i

Posté par Cocotine à 16:24 - Commentaires [1] - Permalien [#]
Tags : ,


Back to the bled

C'est bien beau, les souvenirs de Chine, mais il faut continuer à vivre dans la vraie vie. Et là, c'est

goûter de Noël entre copines.

a

b

c

Posté par Cocotine à 16:16 - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : ,

05 juillet 2014

Ballots de fibro

Une fois toutes les fausses ardoises déposées, il faut s'en débarasser.

Mais pas n'importe comment.

On doit les filmer, y coller une jolie étiquette

"Attention, contient de l'amiante"

et passer ensuite à la déchèterie - qui est en grève actuellement, ce qui nous oblige à courir ailleurs - pour récupérer un laisser passer et convoyer le tout vers un écopoint qui est ouvert uniquement le mardi et le vendredi de 8h30 à 11h45.

Heureusement, on ne fait ça qu'une fois dans sa vie.

Vendredi, Léon a passé deux heures à tout emballer et depuis, les pestiférées sont stockées sur la terrasse.

Un coup à ce que la brigade des stups débarque ici en pleine nuit pour nous coffrer.

a

b

c

d

Posté par Cocotine à 20:17 - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , ,

28 juin 2014

Dans la peau de Damidot

La semaine qui a suivi, Léon est reparti sur ses chantiers à lui, me laissant seule avec trois couvreurs et deux menuisiers Velux. De la planche d'échaffaudage au monte-charge, en passant par des seaux de gravas, tout a traversé mon salon.

De là à s'imaginer en chef de chantier sur M6, il n'y avait qu'un pas.

Vendredi, à midi, après quatre jours et demi à suer sang et eau, tout le monde est reparti.

Maintenant, j'ai un beau toit.

De vrais héros, ces pro.

a

b

c

d

e

f

Posté par Cocotine à 21:57 - Commentaires [5] - Permalien [#]
Tags :

Dévissé de la toiture

Il y a deux semaines, après m'avoir piqué la fesse droite, mon généraliste m'a serré la main en me tançant d'un reposez-vous.

Une fois le dos tourné, j'ai ricané nerveusement.

Me reposer ?

Avec le planning concocté par Léon, impossible.

La bicoque allait subir

un relooking sévère

quatre jours plus tard.

Mon cocktail lombalgie-sciatique faisait tâche sur Outlook.

En fait, les prémices de l'aventure remontaient à l'automne dernier.

Après des jours de discussion et de négociation, Léon et moi étions parvenus à cette conclusion  :

La pluie tambourinant sur les Velux à 3h24 et la mousse rongeant le fibro-ciment depuis 6 ans,

ça ne pouvait plus durer.

Quelques devis plus tard, on avait capté que le nettoyage de notre couverture de pacotille allait nous coûter bonbon.

Des mois ont passé, il fallait assimiler.

Le printemps venu, Léon, qui n'est pas du genre à lâcher le morceau, a remis ça sur le tapis.

Moi qui n'ai envie, depuis que je suis quinqua, que de danser, de rêver et de voyager, ça m'a vidée.

Mais j'ai cédé.

La thérapie de couple n'avait manifestement pas l'effet surpuissant d'un flacon de Mr Propre.

Le produit présenté pour exterminer la jungle plantée au-dessus de nos têtes ne me disant rien qui vaille, j'ai fini par haïr mon toit au point d'espérer qu'une tempête extraordinaire vienne me l'arracher.

Mais Eole n'a rien foutu.

Du coup, au lieu de rénover du 35-ans-d'âge toxique en y déversant des litres qui le seraient certainement tout autant, on a opté pour de l'ardoise vraie.

Comme il se doit, Léon a rencontré des couvreurs.

Et m'a collé la facture sous le nez.

De 2200 à 7000 €, rien que pour la dépose du fibro-ciment en sous-traitance.

J'ai dû digérer.

Un anaconda aurait mis moins de temps à  faire passer un hippopotame.

Les jours ont défilé.

Voyant que ma moue restait boudeuse, Léon-le-champion a soudain déclaré qu'il allait tout enlever tout seul et qu'il se chargeait de trouver une bonne âme pour l'aider.

Avant de tourner de l'oeil, je lui ai flanqué un t'es-cinglé-tu-vas-te-tuer-et-compte-pas-sur-moi-pour-jouer-les-veuves-éplorées dans les dents.

Quelques semaines sont passées,

la date du chantier a été fixée par les deux sociétés.

Adepte du lastminute.com, le-pâtissier-qui-se-prenait-pour-un-couvreur m'a fait marinée dans mon anxiété. Cinq jours avant le début des festivités, le-copain-d'avant sur lequel il comptait pour enlever les 77 m2 d'ardoises frelatées lui annoncait qu'il avait d'autres chats à fouetter.

J'ai arrêté de ventiler.

Thanks to God, un-vrai-couvreur-musclé qui passait par là a accepté de nous dépanner.

Le samedi suivant, à 16h47, le-Léon-qui-voulait-être un-héros était assis sur sa cheminée, dégoulinant de sueur et blanc comme un linge. Le soir, il m'avouait que si le-type-qui-tombe-du-ciel n'avait pas été là, il en aurait bavé.

Foi-de-Cocotine, j'ai failli l'étrangler sauvagement.

Mais je me suis contentée d'un

ben-je-te-l'avais-dit-c'est-un-métier.

Une fois mes neurones apaisés, je me suis dit qu'il était quand même courageux, mon-Léon.

a

b

c

d

e

Posté par Cocotine à 20:35 - Commentaires [1] - Permalien [#]
Tags : ,


24 mai 2014

Un before-after sur le feu

La mitoyenneté, ça a ses limites.

Quand les murs imposés par les voisins sont décidément trop vilains, il faut prendre les choses en main.

Après quelques échanges au plus haut sommet du style j'en-peux-plus-de-ce-crêpi-pourri, ben-faut-le-faire-sauter, ça-va-pas-c'est-pas-à-nous-le-mur (je suis la voix de la raison, qu'elle a dit, la psychothérapeute de couple), m'en-fous-il-verra-rien-il-est-pas-là, OK-t'assume, Léon a farfouillé dans sa boite à outils et attrapé l'escabeau.

La pierre est apparue.

Fier de lui, mon hyper-actif s'est emballé, a frôlé la crise d'hypoglycémie et m'a pété deux marteaux.

La semaine a passé, il a eu d'autres chats à fouetter.

J'ai respiré.

Et à midi, quand j'ai tenté un on-fait-quoi-cette-aprèm', il m'a dit eh-moi-j'ai-mon-mur-à-faire.

Il est déterminé, Léon-le-garçon.

a

b

c

d

e

f

g

Posté par Cocotine à 15:25 - Commentaires [4] - Permalien [#]
Tags :

23 avril 2014

Deux en un

Qui dit WC relooké dit nouvelle entrée. Tout simplement parce que les anciens propriétaires ont eu cette idée délicate d'ouvrir la porte des toilettes juste en face de la porte principale de la maison. A peine la clé entrée dans la serrure, on tombe directement sur la cuvette,

c'est épatant.

Autant vous dire qu'un certain chic s'impose dans l'aménagement des lieux. Enfin, ne comptez pas sur moi pour exposer ici ce coin intime. Mon triple épaisseur exclusivement blanc et mon balai assorti dans la sobriété resteront bien planqués. Vous ne verrez qu'une partie de la porte et un bout du mur sur mes clichés. Gageons que ça suffira à vous inspirer.  Ou à vous dissuader.

a

b

e

f

c

d

Illustration guirlande Madame Lucienne

Posté par Cocotine à 18:51 - Commentaires [3] - Permalien [#]
Tags :

Jeu de l'oie

Sept ans de travaux dans la bicoque ont failli me mener à déchirer mon acte de propriété.

J'avais juste envie de lire, de rêver et d'aller au cinéma.

En 2013, Léon a donc été interdit de Brico-Dépôt.

J'ai respiré.

Et puis, de toute façon, il a plu de mars à juin. Un bon argument pour laisser les pinceaux se déssécher et les rouleaux craqueler comme de vieux haddocks abandonnés.

Bien fait pour eux.

Mais l'accalmie n'a duré qu'un temps. 2014 a pointé son nez et Léon s'est réveillé. Ebloui par les rayons d'avril, il s'est mis à ressortir toute sa panoplie.

Retour à la case départ.

Il fallait refaire les toilettes du rez-de-chaussée, les murs blancs étaient devenus trop sales, Léon en devenait tout pâle.

Vu de ma fenêtre, l'urgence était nettement moins évidente.

Mais à force de martellement, j'ai fini par sentir monter en moi l'envie d'en découdre avec la porte laquée rouge héritée des précédents propriétaires.

Le planning fût établi. A Pâques, point de gigot à manchettes et encore moins de poules faites maison,

place à l'action.

Les murs ont été peints à mi-hauteur d'une couleur comme je les aime : indéfinissable. Et la porte, entièrement poncée, s'est retrouvée blanche d'un côté et ardoise de l'autre.

Tout bien réfléchi, même si on a passé le week-end pascal avec la porte sur la table, je suis prête à rempiler.

Allez, je jette le dé !

a

b

c

Posté par Cocotine à 18:06 - Commentaires [1] - Permalien [#]
Tags :

20 avril 2014

Le pinceau is back

DSC_0593

Posté par Cocotine à 17:59 - Commentaires [2] - Permalien [#]
Tags :

10 décembre 2013

Se faire plaisir

a

b

c

Posté par Cocotine à 18:39 - Commentaires [2] - Permalien [#]
Tags :