04 juin 2013

Le baratin du mardi 4 juin 2013

Des semaines que je n'ai pas pu m'accorder quelques minutes de répit pour noircir une page ici. La faute à la FPT du double-four qui me grignote jusqu'à l'os. Mais j'aurais trop d'audace de m'en plaindre. Les statistiques du chômage sont si médiocres que ma maigre feuille de paie me donne l'impression de faire partie des nantis de ce pays.

Certes, ma bicoque est bien trop modeste pour s'attirer les faveurs de Stéphane Thébaut et mon automobile n'a de capote que dans mes divagations bloguesques mais je touche quand même au but : dans quelques mois, je serai définitivement du

sunny side of the street.

Enfin, sunny, oui, mais pas suffocant. Un agent de mon niveau à-ras-les-pâquerettes n'aura jamais à s'encombrer d'un conseiller fiscal.

Quoiqu'il en soit, mon GB (Gentil Boss) m'a récemment convoquée pour dresser le bilan de ces derniers mois et s'atteler à cette tâche ô combien réjouissante qui s'appelle

évaluation.

C'est ainsi qu'à mon âge canonique, sur 18 points, je me suis vu attribuer 11 croix au titre des "compétences acquises", 4 pour les "compétences à consolider" et 3 dans la rubrique "compétences en apprentissage". Quasiment le même bulletin que celui de Miss Cocotine qui va brillamment passer du CE2 au CM1. Sans les pastilles vertes, rouges ou oranges, c'est ballot.

Les quatre pages dûment signées sous le bras, je suis repartie vers mon bureau légère comme une plume. Tout le monde m'aimait et j'aimais tout le monde.

Ou presque.

Mais c'était vrai, juré-craché. Si l'on faisait abstraction d'une poignée de névrosés, ma joyeuse bande de GC (Gentils Collègues) avait bigrement grimpé dans mon estime. A les cotoyer plus que Léon-le-garçon, toujours pas monts et par vaux en quête d'or et d'argent, j'avais fini par m'attacher.

Comme une bernique à son rocher.

Vous le croirez ou non, mais mes déjeuners n'ont désormais rien à envier aux dîners de La Parenthèse Inattendue. Bien sûr, les protagonistes ne sont jamais tombés par hasard sur Truffaut en sortant du métro et le menu oscille plus de la paëlla-au-poulet-Fleury-Michon au kebab-frites-boulgour que du risotto-à-la-langoustine à la-brouillade-aux-truffes, mais le coeur y est.

Car comme l'a si bien détecté le recruteur dans mon-test-de-comportement-et-de-motivation-en-milieu-professionnel, j'ai une réceptivité telle que certains jureraient que je suis

la jumelle de Frédéric Lopez.

Là où le bât blesse, c'est que mon GB ne m'a pas fait de pont d'or pour que j'anime ces séances et que la décoration limite miteuse de la salle de convivialité dans laquelle j'officie chaque midi n'a rien de celle du moulin à 800 000 € sur lequel on peut loucher à l'écran.

Mais qu'importe, après tout, le résultat est tout aussi distrayant. L'une de mes collègues ne m'a-t-elle pas lancé avec force enthousiasme, alors que je venais de livrer au groupe toute la quintessence des relations que j'ai avec ma famille : "Ah ben, ça me rassure. Tes parents sont bien pires que les miens !" ?

Moi, si je peux aider...

Surtout si ça me permet de m'insérer.

D'ailleurs, c'est marqué sur mon papier : Bonne intégration de Cocotine.

Je suis quasi casée.

Ce post est dédié à tous ceux qui cherchent un job et qui seraient tentés de ne plus y croire.

Tenez le coup, il y a un chemin pour chacun.

Et je vous épargnerai le quand-on-veut-on-peut dont certains se gargarisent au café du commerce ou sur un plateau télé.

Posté par Cocotine à 19:58 - Commentaires [7] - Permalien [#]
Tags : ,


02 juin 2013

Ils disaient : "On va aux Sables"

Tous les mois d'août, mes grands-parents quittaient le XVème et s'embarquaient dans la Renault 8 direction Les Sables d'Olonne. A l'époque, ceux qui partaient en vacances n'étaient pas légion.

Je suis retournée aujourd'hui sur leurs traces avec ce souvenir fugace d'y avoir passé quelques jours d'été, le temps de me voir offrir une paire de you-you par ma grand-mère et d'aller à la mer avec mon grand-père.

Ces deux vieux-là me manquent et certains jours, je voudrais faire marche-arrière, rien que pour les voir m'ouvrir la porte de leur petit deux-pièces de Balard et sentir cette bonne vieille odeur de cuisine au beurre.

Quand il faudra mourir, on se retrouvera, comme dit Moustaki.

a

b

c

d

f

e

g

Posté par Cocotine à 21:30 - Commentaires [4] - Permalien [#]
Tags :

01 juin 2013

Piquant

Plus pour les personnages attachants que pour le style, j'ai bien aimé. Et cette Marie qui voit un jour sa vie bouleversée parce que son mari a subitement décidé de tout lâcher pour partir vivre en Grèce, comme-qui-dirait, ça me rappelle quelque chose. Merci Katell !

Et vous, vous l'avez lu, ça vous a plu ?

a

Posté par Cocotine à 20:58 - Commentaires [1] - Permalien [#]
Tags :

27 mai 2013

The last pivoine

La dernière pivoine du lopin pour ma copinaute Sylvie qui n'a eu que des mauvaises nouvelles aujourd'hui, mais qui, grâce à Zeus, garde un sens de l'humour féroce.

Après la pluie, le beau temps.

DSC_0006

Posté par Cocotine à 21:17 - Commentaires [8] - Permalien [#]
Tags :

Nantes capitale verte de l'Europe

L'excursion du dimanche est partie de l'envie de découvrir les Jardins Flottants sur l'Erdre vantés par le magazine de la communauté de communes et par la presse locale. Mais à vrai dire, c'était fichtrement decevant. De vilaines barrières métalliques plombent le paysage, le pavillon en bois est encore en cours de construction et le résultat fait un peu pitié. Peut-être l'ouverture prévue le 22 mai a-t-elle été différée en raison du mauvais temps ? Mystère et boule de gomme. Il faudra y repasser cet été, si toutefois il y en a un. Heureusement, un peu plus loin, nous sommes tombés sur l'édition 2013 de Quai des arts et une bande d'artistes nous a accompagnés jusqu'à l'Ile de Versailles.

Un joli coin de Nantes.

a

b

c

d

e

f

g

h

i

j

k

l

m

Posté par Cocotine à 20:45 - Commentaires [4] - Permalien [#]
Tags :


I love Georges Moustaki et Zazie aussi (mais pas autant)


Posté par Cocotine à 20:44 - Commentaires [3] - Permalien [#]
Tags :

Appelle-moi Grand-Père

La Chine au début du siècle dernier et la manière dont les petites filles étaient traitées. Un film superbe qui m'a énormément touchée. Merci Emmanuelle !

Et vous, vous l'avez vu, ça vous a plu ?

a

Posté par Cocotine à 13:03 - Commentaires [1] - Permalien [#]
Tags :

25 mai 2013

Des pages qui tournent

Les vieux partent, les objets restent. Il faut vider les maisons, trier, garder ou jeter. Je n'aime pas ça. Deux petites boites ont ainsi débarqué dans ma vie en provenance de la famille de Léon. Je les regarde et j'y cherche quelques traces de vie. Ces gens ont-ils été heureux ? Ont-ils apporté du bonheur aux autres ? Qui étaient-ils vraiment ? Moustaki chante : "Nous avons toute la vie pour nous amuser, nous avons toute la mort pour nous reposer." et Miss Cocotine m'interpelle d'un "C'est pas gai, hein !" auquel je réponds avec un sourire "Ben si justement, faut en profiter, viens-là que je te mange de bisous".

Carpe diem

a

b

c

d

e

Posté par Cocotine à 17:28 - Commentaires [5] - Permalien [#]
Tags :

20 mai 2013

Joli mois de mai

Vous savez quoi ? Je me fais plaisir en reluquant les annonces immobilères de Vamos. Je pourrais booster ma nouvelle carrière en devenant fonctionnaire en Grèce. A mûrir.

Et vous, vous survivez ?

a

b

e

d

c

Posté par Cocotine à 11:24 - Commentaires [7] - Permalien [#]
Tags : ,

19 mai 2013

Chromathérapie

Deux chromos chinées à la brocante de Maroilles pour trois francs six sous. Comme j'ai le doré en horreur, j'ai poncé les deux cadres au point de redéclencher ma vieille tendinite au bras droit. Conclusion : elles sont désormais fixées mais

je suis salement amochée.

DSC_0002_2

DSC_0012

DSC_0003_2

Posté par Cocotine à 20:33 - Commentaires [2] - Permalien [#]
Tags :